L’objectif de cette thèse réalisée par le Dr. Assane Fall est de questionner les modalités participatives des différents acteurs (Direction du PNBA, populations locale Imraguen et la FIBA). Le document s’interroge sur l’amélioration de la gouvernance participative dans le Parc National du Banc d’Arguin (PNBA). Les résultats de cette thèse mettent en exergue les principales contraintes qui empêchent l’amélioration de la gouvernance dans cet espace.

Résumé

Depuis le sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg 2002 et le Congrès Mondial des Aires Protégées (Afrique du Sud, 2003), les Aires Marines Protégées (AMP) sont perçues comme des outils de conservation et de développement durable. Leur contribution dans la conservation de la biodiversité marine et la reconstitution des stocks halieutiques est jugée déterminante pour une protection fondée sur la gouvernance participative qui associe les populations locales au projet de conservation et le développement durable. C’est pourquoi, les AMP comme le Parc National du Banc d’Arguin (PNBA) ont pris une importance majeure pour l’atteinte de ces objectifs.

Le PNBA est une zone de reproduction des poissons et oiseaux et de frayère d’une grande importance. Malgré ses atouts, l’espace du PNBA est exposé à de multiples défis. On assiste depuis quelques années à une raréfaction progressive des ressources halieutiques et le développement de l’effort de pêche. La spécificité du PNBA est dû aussi à sa population résidante ; les Imraguen, qui sont les seules autorisés à y pratiquer la pêche à l’aide des lanches à voile latine de type canarienne…

Cliquez sur le lien pour télécharger le document : Télécharger