Les pêcheries pélagiques de la ZEE mauritanienne : Nouvelles méthodes pour de nouvelles connaissances

Les pêcheries de petits pélagiques mauritaniennes sont multi-spécifiques (sardinelles, chinchards, sardine). Outre les données fournies par les journaux de pêche dont la tenue est obligatoire pour les unités industrielles, les données des enquêtes aux débarquement pour le segment artisanal et côtier utilisées souvent pour calculer l’abondance des stocks, les campagnes acoustiques, restent un moyen important pour quantifier cette abondance et étudier la distribution de ces ressources. Les données collectées par les observateurs embarqués à bord des unités de pêche industrielles sont aussi une source d’informations importantes.

Sur la base de ces séries, ce travail vise la reconstitution de séries d’abondances des principaux stocks de petits pélagiques dans la zone nord ouest africaine, qui serviront à l’ajustement des modèles d’évaluation de ces stocks. Etant donné l’importance de la composante environnementale dans les très grandes fluctuations observées, l’intégration de cette dimension dans l’analyse de ces séries permet de saisir le rôle de chacun de ces facteurs (pêche et environnement) dans la variabilité de leur abondance saisonnière et de l’amplitude de leur migration.

Résumé

Les contextes national et international sont marqués par une prise de conscience de plus en plus grande de l’importance du poisson pour la sécurité alimentaire des populations des pays sous-développés. En Mauritanie, les petits pélagiques constituent une source de protéines animales accessibles aux faibles pouvoirs d’achat et contribuent à garantir la sécurité alimentaire de nombreuses populations.

Malgré la présence d’une variabilité naturelle importante des espèces pélagiques, ce travail de thèse montre qu’il existe des éléments de stabilité dans l’écosystème pélagique dans la zone nord ouest africaine. L’hypothèse de la présence des stocks sédentaires au niveau des zones de nourriceries en Mauritanie et au Sénégal est démontrée. La répartition spatio-temporelle des sardinelles en relation avec la dynamique de l’océan (upwelling,  température de surface et chlorophylle) a été examiné. L’analyse des statistiques de la pêche sur une série de plus de trente (30) ans ne soutiennent pas l’immigration en provenance du Sénégal vers la Mauritanie d’Avril à Septembre selon l’hypothèse de Boëly (1978). Ce travail de thèse examine des hypothèses de migrations possibles des sardinelles dans la zone nord ouest africaine et d’importantes implications en matière de gestion sont discutées.

Pour finir, ce travail est remplacé dans son contexte plus global de l’aménagement de la pêcherie des petits pélagiques. De nouvelles perspectives pour l’application des techniques géostatistiques (indicatrices et co-krigeage) et modélisation statistique sont envisagées pour l’étude de la dynamique des stocks des sardinelles et chinchards.

Cliquez sur le lien pour télécharger le document : Télécharger