Participation de chercheurs de l’IMROP a la campagne de marquage des thonidés tropicaux dans l’océan Atlantique (ICCAT/ ATTOP) réalisée a bord du navire AitaFraxku

Participation de chercheurs de l’IMROP a la campagne de marquage des thonidés tropicaux dans l’océan Atlantique (ICCAT/ ATTOP) réalisée a bord du navire AitaFraxku

02 au 30Octobre 2018

La commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) est une organisation de pêche intergouvernementale responsable de la conservation des thonidés et des espèces apparentées dans l’océan atlantique et ses mers adjacentes.Elle a mis en place un programme ATTOP (Programme de marquage des Thonidés Tropicaux dans l’Océan Atlantique phase II), qui a pour objectif de procéder au marquage de 8000 spécimens de thonidés tropicaux dans la zone A, répartis de manière aussi homogène entre le thon obèse (BET), le listao (SKJ) et l’albacore (YFT).

Les objectifs spécifiques de l’activité de marquage de l’ICCAT‐GBYP à moyen terme (selon le schéma demarquage de l’ICCAT‐GBYP) sont les suivants :

a)Validation des définitions de l’état actuel des stocks pour les populations de thon rouge del’Atlantique et de la Méditerranée. Si l’hypothèse de deux unités de stocks (stocks de l’AtlantiqueOuest et Est et de la Méditerranée) est retenue, les données recueillies par les marques devraientpermettre d’estimer les taux de mélange entre les unités de stocks par zone et strate spatiotemporelle(définitions des zones principales de l’ICCAT). Il est égalementimportant de prendre en considération d’éventuelles unités de sous stocks ainsi que leurmélangeou l’échange de biomasse de population, notamment en mer Méditerranée.

b) Estimation des paramètres biologiques, tels que la croissance, les taux de mortalité naturelle (M) despopulations de thon rouge par âge ou groupes d’âges, fournir éventuellement des estimations del’abondance indépendantes des pêcheries, etc.

c) Estimation des taux de déclaration de marquage pour les marques conventionnelles, par pêcherieset zones principales, en ayant également recours aux programmes d’observateurs déployésactuellement dans les pêcheries méditerranéennes

d) Évaluation de l’utilisation de l’habitat et des schémas de déplacement à grande échelle (spatiotemporels)des juvéniles et des reproducteurs.

e) Estimation du taux de rétention des divers types de marques en raison des expériences contrastéesdans divers océans.

f) Estimation de la faisabilité de faire marquer par des plongeurs les thons rouges se trouvant dans desmadragues et sur des senneurs, tout en obtenant dans le même temps des estimations fiables de lataille.

Pour ce faire un consortium constitué d’un groupe d’institution fut retenu par l’ICCAT pour l’exécution de cet ambitieux projet. Ce groupe d’associé d’institutions halieutiques est constitué de;Fundazio AZTI Tecnalia (Espagne), CIPA (Guinée Bissau), CRO-CI (Côte d’Ivoire), CRODT (Sénégal), DP-STP (São Tomé et Príncipe), DGPA-G (Gabon), IEO (Espagne), IMROP(Mauritanie) et INDP (Cap-Vert).C’est dans ce cadre que le  programme de marquage ICCAT/ATTOP phase II a mis en place une série de campagne de marquage des thons tout au long de l’océan atlantique, prévus au large des côtes mauritaniennes et cap verdienne du 30 septembre 2018 au 30 décembre 2018.