Journées de réflexion du MPEM sur la préservation de la ressource halieutique.

Journées de réflexion du MPEM sur la préservation de la ressource halieutique.

Madame Alya Mint Menkouss, Secrétaire Générale du Ministère des Pêches et de l’Economie Maritime (MPEM), a donné ce jour, 22 février 2021, le coup d’envoi, au siège de l’IMROP à Nouadhibou, de trois journées de réflexion organisées par son département autour du thème : « la préservation de nos ressources halieutiques est la responsabilité de tous ». Ces rencontres, comme l’a souligné Madame la Secrétaire Générale dans son allocution d’ouverture, rentrent dans le cadre des révisions périodiques entreprises par le département de tutelle, pour tenir compte des nouveautés et des problèmes qui peuvent entraver la promotion du secteur. Elles permettront ainsi a-t-elle ajouté, d’élaborer une méthodologie pour exploitation rationnelle et durable des ressources halieutiques, de dessiner une stratégie de mauritanisation de la flottille hauturière et de modernisation de la pêche artisanale et côtière.

Quatre Ateliers thématiques vont caractériser ces journées de réflexion. La première journée, celle du 22 février, a été entièrement consacrée à la recherche scientifique. Les chercheurs de l’IMROP ont donc mis à profit cette occasion pour dresser l’état des lieux de la  ressource (particulièrement celui du poulpe), de leur exploitation et de leur environnement et de présenter la stratégie de la recherche de l’institut, par rapport aux questionnements des différents acteurs du secteur. Il ressort des différents exposés animés par les scientifiques, une pression de plus en plus importante sur les ressources ainsi que des changements climatiques et environnementaux entrainant des baisses de rendement parfois assez importantes sur certaines espèces  ou groupes d’espèces marines. Les chercheurs ont également mentionné et insisté sur la nécessité, pour un suivi rigoureux des stocks, de disposer d’un système d’information performant avec des sources fiables permettant la traçabilité des données. Les différents intervenants dans les débats qui s’est instauré à la suite des présentations, ont tous exprimé leurs craintes face à la diminution des captures constatée ces derniers temps et ont demandé la mise en place d’une législation plus rigoureuse dans le secteur des pêches.

Les deux autres journées de réflexions (23 et 24 février 2021) vont être consacrées aux ateliers sur l’inspection et le contrôle sanitaire, à l’industrie de la pêche, à la mauritanisation des équipages, à la modernisation de la pêche artisanale et côtière. Rappelons que toutes ces rencontres se déroulent sous la supervision et la présence effective Madame Alya Mint Menkouss.